moutons2

Contexte

Le contexte agricole et politique actuel, la mondialisation des échanges n’ont entrainé que fluctuations, standardisation des produits agricoles et désertification de nos campagnes.
Face à cette situation des paysannes et des paysans ont essayé une autre voie ayant pour objectif de rendre leurs fermes plus économes et autonomes. C’est l’agriculture paysanne qui défend des fermes à taille humaine, viables, vivables et transmissibles.
Certains ont voulu aller plus loin en rejoignant le mode d’Agriculture Biologique (AB) pour développer et promouvoir une agriculture encore plus économe mais aussi plus respectueuse des animaux, de la vie des sols et de l’environnement, sans oublier les femmes et les hommes qui la font vivre.

Historique

Au départ nous sommes 4 fermes engagées en Agriculture Paysanne et en Bio (10 paysannes et paysans) situées autour d’Aigurande (36) ayant déjà l’habitude de travailler ensemble et en collectif (coopérative, CUMA, entraide,…) qui commencent à évoquer l’idée d’un magasin de producteurs. Une réunion est organisée avec Anne Claude Moisan-Lefebvre de l’ADAR-CIVAM pour creuser le sujet en novembre 2015. Nous faisons plusieurs constats :

  • l’augmentation du nombre de fermes en Bio et en conversion sur le territoire et ce dans des productions différentes
  • l’écart de prix payé aux producteurs Bio, par rapport aux produits conventionnels, n’est pas toujours satisfaisant en circuit long
  • nécessité de recréer du lien avec les citoyens, les consommateurs pour expliquer nos différents métiers
  • en présence de grandes surfaces tentant de verdir leurs images, il est important de pouvoir proposer dans un magasin l’ensemble de la gamme alimentaire, tout en respectant la saisonnalité des produits et le terroir
  • la remise en cause des soutiens publics à l’agriculture biologique.

D’autres parts, nous avons envie de :

  • réussir un projet collectivement, chez nous, dans un bourg proche plutôt qu’une ville éloignée
  • montrer que l’alimentation Bio n’est pas destinée qu’aux les citadins à haut pouvoir d’achat
  • d’obtenir un prix équitable, rémunérateur pour les producteurs et abordable pour les consommateurs grâce à un projet avec peu ou pas d’intermédiaires ; et de proximité
  • donner la possibilité à d’autres de vivre et travailler dans notre belle région, en participant à un tissu socio-économique attrayant pour les porteurs de projet,
  • rendre accessible la Bio à tous, en travaillant avec les cantines scolaires et les collectivités
  • répondre à un manque : la prestation de découpe pour les éleveurs (Bio ou non).

Forts de ces constats et de ces envies, nous sommes allés rencontrer différentes municipalités proches de chez nous. C’est la commune de Neuvy Saint Sépulchre qui, n’ayant plus de boucherie mais une réelle envie de développer son bourg, nous a accueillis favorablement. Le conseil municipal et son maire, Monsieur Gautron, ont donc voté en faveur de la réfection de l’ancien local pompiers et son aménagement afin de le louer à la structure mettant en place l’idée initiale.

Le projet était lancé !